Chômage partiel, chômage technique : analyse et suivi de la masse salariale

Décroissance activité coronavirus

Lannée 2020 commence avec de nombreux rebondissements: une grève interprofessionnelle puis le COVID-19 qui viennent bouleverser nos habitudes de travail : mise en place du télétravailchômage partiel, chômage technique ou encore arrêts maladies sont les problématiques phares de nombreuses entreprises en ce début de décennie. 

Le COVID-19 

Apparu en Chine en fin 2019, le COVID-19 est un virus qui appartient à la famille des coronavirus. Ces derniers peuvent provoquer aussi bien un simple rhume quune grave infection respiratoire mortelle.  

Depuis quelques semaines nous pouvons observer une propagation rapide de cette épidémie sur le continent asiatique puis aujourdhui partout dans le monde. 

LOMS (Organisation Mondial de la Santé) a déclaré le 11 mars 2020 que le Covid-19 pouvait être qualifié de pandémie. Voyant le nombre cas florissant de journée en journée en France, le gouvernement français a pris des mesures draconiennes pour limiter la propagation du virus. 

Confinement 

Le président Emmanuel Macron a annoncé lors de plusieurs allocutions la fermeture des écoles, des bars/restaurants, ainsi que l’interdiction d’événements sportifs ou culturels qui rassemblent plus de 100 personnes ou 50 personnes dans plusieurs régions françaises, et des déplacement très limités…  

Ainsi la France est rentrée dans une mesure de confinement à partir du 17 mars 2020 pour une durée de quinze jours minimum. Il a invité les entreprises à recourir au télétravailarrêt maladie en cas de suspicions ou bien pour la garde de ses enfants. Face à cette baisse dactivité certaines entreprises nont pas eu le choix que de mettre les salariés en chômage partiel ou technique.  

Chômage partiel ou technique 

Depuis le 17 mars 2020, de nombreuses mesures ont donc été prises par le gouvernement comme le dégrèvement des cotisations sociales, dimpôts ou la prise en charge par l’État de lintégralité de lindemnisation des entreprises à leurs salariés enchômage technique ou partiel. Ces deux appellations donnent lieu au même dispositif.  

Grâce à ces mesures la mise en place dun chômage partiel ou technique est simplifiée. Elle est même encouragée pour la pérennité financière de lentreprise et également pour éviter davantage de propagation du virus. 

Arrêts maladies de garde denfant ou suspicion du virus 

Un dispositif darrêt de travail indemnisé été mis en place à titre exceptionnel par le gouvernement et lassurancemaladie pour les parents denfants concernés par la fermeture des accueils denfants. Cet arrêt de travail donnant lieu au versement exceptionnel dindemnitéjournalières par la Sécurité sociale (IJSS)est ouvert au parent dun enfant âgé de moins de 16 ans qui est contraint de sarrêter de travailler pour garder son ou ses enfants à domicile (ne pouvant pas télétravailler). 

 Le gouvernement a décidé d’ouvrir le droit aux indemnités journalières (IJ) de lassurance-maladie à tous lessalariésettravailleurs indépendantsfaisant l’objet d’une mesure d’isolement, d’éviction ou de maintien à domicile après avoir été en contact avec une personne malade du coronavirus ou avoir séjourné dans une zone concernée par l’épidémie et dans des conditions d’exposition de nature à transmettre cette maladie, même s’ils ne remplissent pas les conditions requises. 

Emalti-RH et analyse budgétaire 

Suivre ses salariés, stagiaires, intérimaires en fonction de leurs statuts, contrat de travail, emploi, durée de travail (temps plein et temps partiel) devient primordial en période de crise. 

 La création dun reporting social est nécessaire pour permettre une bonne structuration de la masse salariale et ainsi sadapter individuellement à chaque salarié. Nous pouvons répondre à vos différentes problématiques que va engendrer cette crise.  

À travers le module reporting dEmalti RH vous retrouverez une solution évolutive qui répond à vos besoins d’analyse post-paye 

Vous pouvez personnaliser vos analyses sans besoin de connaissances poussées en informatique. 

En application de la loi informatique et libertés, les traceurs (cookies ou autres) nécessitant un recueil du consentement ne peuvent donc être déposés ou lus sur son terminal, tant que la personne n’a pas donné son consentement. Ok